Nisi Dominus

Publié le par Lionel Droitecour

Nisi Dominus

Mystère, onde, marée. Sur les cordes, mystique,
La musique se meut comme une ombre sereine,
Au lent balancement d’un songe vénitien,
« Cum dederit » exhale sa grave supplique.

En la chambre banale où s’éteint mon enfance,
En la ville vulgaire où mon âme n’est rien ;
En la pâle déroute, alors, qui était mienne,
Vivaldi me creusait, comme une délivrance.

Que savais-je en ce temps des mots de la prière,
De Nisi Dominus et gloria Patri
Qui n’étaient que les sons d’une langue étrangère ?

Le haute-contre ourlait ma vaste solitude
Et mon appel, alors, modulé comme un cri
Jamais ne se perdait parmi la multitude.

février 2008

Antonio Vivaldi (1678-1741)
"Cum dederit dilectis suis somnum"
Aria pour contralto, cordes
avec sourdines et continuo,
Extrait du psaume "Nisi Dominus" en sol minor, RV 608

Carlos Mena, contre-ténor,
Ensemble "Les Siècles",
dirigé par François-Xavier Roth

Publié dans Musique

Commenter cet article