Kristallen den Fina

Publié le par Lionel Droitecour

Kristallen den Fina

Une langue inconnue n’est que sonorités…
La poésie renaît, pourtant, de ce mystère
Qui charme notre oreille où la parole, nue,
Déshabillée du sens, est la porte d’un rêve.

Brise, l’imaginaire en nos voiles se lève
Et construit son voyage en la vergue ténue,
Frontières imperçues, intracées sur la terre,
Qui bornent nos émois, sans discontinuité.

Et cette voix chantait « Kristallen den Fina »,
Fragile, pure ébauche au timbre d’un garçon,
Echo d’une âme ancienne aux saveurs de noroît,
Mélancolie d’un peuple, offerte à l’océan.

Lors cette mélodie réchappée du néant
Trouvait à l’improbable son chemin vers moi,
Cueillait, sur ma paupière, au fil d’une chanson,
Une perle salée, qu’un souffle y dessina.

Que disait cette voix ? Étrave, souvenir,
Eclat jadis gravé sur un humble support,
Elle vibrait dans l’air, un instant retrouvée,
Dans mon cœur traversé épousant une énigme.

Et dans le même temps elle était paradigme,
Monde entr’ouvert et clos, asile au réprouvé,
Musique, où s’incarnait, en cet intime port,
Un espoir insensé proche de survenir.

juillet 2010

Publié dans Musique

Commenter cet article

I
Très belle version de cette chanson traditionnelle de Suède et très beau poème, merci pour cette nouvelle découverte !
Bizarrement j'ai pensé au roman de Selma Lagerlöf "Le Merveilleux Voyage de Nils Holgersson à travers la Suède", sorte de voyage initiatique d'un jeune garnement rétréci par un tomte qui a voulu lui donner une leçon et qui, sur le dos d'un jars, accompagne un groupe d'oies sauvages dans sa migration à travers la Suède, occasion de découvrir les caractéristiques naturelles, les ressources économiques et les contes et légendes des lieux qu'il traverse. Un des plus beaux et plus ludiques manuels d'histoire-géographie que je connaisse ! :-)
Répondre