Intime fief

Publié le par Lionel Droitecour

Intime fief

C’est pas la peine d’en crier,
La veine est là, dans l’encrier,
Au fond du puits de la mémoire,
Flaque d’eau sombre comme moire.

Et le silence est notre appui
Au sein corrompu de la nuit,
Farandole cauchemardesque
En vain dessinée comme fresque.

Et ce désir en bas relief,
Amer est notre intime fief,
La citadelle d’une vie.

En cela le verbe convie
Le cri absurde qu’on retient,
En la rime qui le contient.

mai 2014

Publié dans Art poétique

Commenter cet article