Conte d’Yver

Publié le par Lionel Droitecour

... Ainsi, demandait-il : « à quoi l’âne Yver sert ? » ...

... Ainsi, demandait-il : « à quoi l’âne Yver sert ? » ...

Il était un ânon qu’on appelait Yver,
Il n’était pas têtu mais tentait de trouver,
Pourquoi il était là, transi sur cette terre.
Ainsi, demandait-il : « à quoi l’âne Yver sert ? »

Abattu, pas battu, mais bien âne bâté,
Une ânée sur son dos tout au long de l’année,
Yver l’hiver, Yver l’été, l’âne Yver serre,
En son p’tit cœur, et à chaque heure, un lourd chagrin.

Pas délivré, ni de l’ivraie, ni du bon grain
Où son pas tinte, en son latin, chaque matin,
L’âne Yver sait rire et sourire, même triste ;

Dans l’univers divers, des vers où tout existe
Des rimes, frime, il est, intime, un doux convers,
Converse ainsi, insigne ici, l’âne y verse, erre.

décembre 2013

Publié dans Fable

Commenter cet article