Aux héritiers du vent

Publié le par Lionel Droitecour

Guido Reni (1575-1642), Saint Matthieu et l'Ange

Guido Reni (1575-1642), Saint Matthieu et l'Ange

Le verbe est héritage, aux arches de mémoire.
Inscrite, en chaque geste, en le rappel de l’heure
L’absence, sans pavois, longuement nous écorne,
Puis nous porte à sourire aux rebours d’une moire.

Présents, infiniment, dans nos vieilles histoires ;
Qui furent parangon de notre intime borne,
Contrevent des chagrins où l’enfance demeure,
Parents, vous fûtes dits, nous fûmes écritoires.

Quand le temps nous blanchit, glacés des vents du soir,
Dès lors qu’appesantis, sur le seuil de nos vies,
Nous cherchons un repère en nos anciens parvis ;

Plus qu’un visage aimé, vos tournures de phrases
Nous viennent visiter quand nos tables sont rases,
Et qu’en l’horizon bleu veille la périssoire.

juin 2011 

 

Publié dans Le temps

Commenter cet article