Solfège

Publié le par Lionel Droitecour

Partition de L'Oiseau de feu de Stravinsky annotée par Lydia Jardon.

Partition de L'Oiseau de feu de Stravinsky annotée par Lydia Jardon.

Rectitude savante aux lignes parallèles…
La clé d’abord se love, avec son armature
De dièses ou bémols. S’immole la mesure,
Fraction sans effraction, deux temps, trois mouvements.

Le décor est planté : la blanche sagement
En noires se divise ou bien, sans anicroche,
Multiplie en cascade ses quadruples croches…
Soupire l’interprète : il peine et bat de l’aile

Espérant une pause ou, peut-être, un demi.
Le chef, autoritaire, indique un « da capo »
À l’archet qui dévisse et tremble, staccato.

Et de cette prison de morne symétrie,
De signes acérés qui froncent leurs sourcils
La musique s’élance, ivre, vers l’infini.

janvier 2006

Publié dans Musique

Commenter cet article

D
Ben, ça en ferait presque oublier le truc un peu laborieux et rébarbatif qu'il y'a autour du solfège lorsque l'on commence à l'apprendre ... ^^
Bon et maintenant que tu fais le malin en te lançant dans les poêmes à thèmes improbables (c'est vrai quoi normalement c'est l'amour, la mort, la vie, l'enfance ... pas le solfège ^^), je t'en propose 2 en forme de challenge/défi : les endives et la tectonique des plaques !
Bonne chance ... Mouhahaha !
(... et je sais que tu vas essayer juste pour me faire fermer ma gueule ... ^^).
Répondre
L
Au fait, va donc jeter un œil sur "Wohltemperierte Klavier", j'aimerai bien savoir ce que tu en pense...
D
Je savais que j'allais te chauffer avec ma proposition malhonnête ! héhéhé !
Qu'est ce que tu ferais pas pour me claquer le beignet ... ;)
L
Pari tenu.
Et sache, mon cher, que la poésie a vocation à parler de tout, voire de n'importe quoi (cf le poème du même nom) !