Janus

Publié le par Lionel Droitecour

Janus, par Tony Grist

Janus, par Tony Grist

Même au milieu du bruit, j’écoute le silence,
En la foule, blessé, j’entends ma solitude ;
Aux clartés de l’aurore, où j’épie la part d’ombre,
Je sais ce qui se meurt et geint contre le vent.

Janus au regard double en l’entre-deux mouvant,
Sur la grève indécise aux lisières sans nombre,
Je parcours, hésitant, la rive qui m’élude,
Ma trace décrivant, sur le sable, une stance.

En marge, je demeure à contempler le monde,
Scribe au regard de jade accroupi sur son verbe,
Etranger à moi-même, élaborant mon graphe.

Quelque jour je ferai ma dernière épitaphe
Et, ma tombe s’ouvrant sur mes cendres acerbes,
Je m’y verrai gésir avant que tout s’émonde.

février 2012

Publié dans Névrose

Commenter cet article