Houles

Publié le par Lionel Droitecour

Douarnenez, aquarelle d'Albert Hartweg

Douarnenez, aquarelle d'Albert Hartweg

Ce grand corps harmonieux qui roule ses marées
Sur la rive où s’ébattent, criant, mes petits,
Murmure, en ses embruns, des secrets indécis,
Légendes et récits en vagues chamarrées.

Épave d’un voyage à jamais reporté
Dans l’ample solitude, l’océan, songeur,
Ressasse mon errance et trace sur mon cœur
L’empreinte d’un poème. Ainsi, déconcerté,

J’entends sa mélopée monter vers l’horizon,
Insondable débord à mon œil incertain.
En l’heure heureuse, alors, semble-t-il, sans raison,

Un remord, délavé de vaine nostalgie,
Vient se perdre un instant, rumeur au ciel lointain,
Comme la houle roule en mon âme assagie.

septembre 2006

Publié dans Nostalgie

Commenter cet article

Ironbird 20/04/2014 16:04

Quand l'art pictural d'Albert se marie au verbe chatoyant de Lionel on ne peut que se laisser bercer par la houle tendre et harmonieuse... On se laisse glisser, on ferme les yeux, on inspire l'air frais et parfumé d'une mer de tranquillité... relax... tout va bien !

Lionel Droitecour 20/04/2014 22:14

Il m'a fallut un moment de réflexion pour comprendre qui était l'oiseau de fer auteur de ce commentaire. Mais je crois finalement connaître quelques éléments de son CV...