Epilogue de « La tempête »

Publié le par Lionel Droitecour

William Hogarth (1697–1764), une scène de La tempête, de Shakespeare

William Hogarth (1697–1764), une scène de La tempête, de Shakespeare

Now my charms are all o'erthrown,

J’ai désormais lancé jusqu’à l’ultime charme,

And what strength I have's mine own,

Quelque force que j’ai, c’est là ma dernière arme

Which is most faint: now, 'tis true,

Hélas, elle est bien vaine et lors, en vérité,

I must be here confined by you,

Je serais en ces lieux, par vos sévérités

Or sent to Naples. Let me not,

Confiné, ou à Naples rendu. Laissez-moi,

Since I have my dukedom got

Puisque j’ai recouvré mon duché sous ma loi,

And pardon'd the deceiver, dwell

Et donné mon pardon à ceux qui m’ont trahi,

In this bare island by your spell;

Plutôt que demeurer en cette ile réduit

But release me from my bands

Par vos sorts, à jamais délivré de mes liens

With the help of your good hands:

Par le secours heureux de vos si bonnes mains

Gentle breath of yours my sails

De votre aimable souffle aller ma voile emplir

Must fill, or else my project fails,

Où sinon mon projet ne saurait que faillir :

Which was to please. Now I want

Il n’était que de plaire. Et je veux, chose instante

Spirits to enforce, art to enchant,

Que nos esprits s’ébattent, que l’art nous enchante,

And my ending is despair,

Le désespoir, ici, serait ma triste fin

Unless I be relieved by prayer,

À moins que, relevé, à ma prière, enfin

Which pierces so that it assaults

Elle qui sait si bien déjouer l’inflexible

Mercy itself and frees all faults.

Et la grâce obtenir des cœurs incoercibles

As you from crimes would pardon'd be,

Sur l’heure soit absout et remis de mes fautes

Let your indulgence set me free .

Et de votre indulgence mon verbe soit l’hôte.

William Shakespeare

Paraphrase : août 2011

Publié dans Paraphrase

Commenter cet article