Der rechte Weg

Publié le par Lionel Droitecour

Photo LD, le chemin des Roudelles, Le Lac, Creuse

Photo LD, le chemin des Roudelles, Le Lac, Creuse

Jamais ruisseau, je crois, n’abreuva autant d’âmes.
Moires, dans l’infini, esquissant ses marées,
Ses fugues, ses motets, comme une trame immense,
Murmurent au ressaut de chaque cœur diaphane.

Parfois je lui dit « maître », ou « monsieur », ou « Johann » ;
Quand j’entends sa parole, à l’amble du silence,
Il nait en mes regards des sources effarées,
Assoiffées de sa voix comme mer en ses lames.

En double chœur subtil, aux échos de ton art,
« Du bist der rechte Weg, Die Wahrheit und das Leben » ;
Parles-tu de ton dieu ou bien de la musique,
En cela qui m’élève et me porte vers toi ?

Le contrepoint disert, en sa sévère loi,
M’est une délivrance, aube polyphonique
Où soudain ma demeure, en l’ivoire et l’ébène
Du clavier, se construit par le don d’un retard.

septembre 2012

 

Le Motet à double Choeur BWV 229 de Johann Sebastian Bach.
Ensemble The Sixteen, sous la direction d'Harry Christophers
Dans sa partie médiane, à la troisième minute de cette vidéo, le compositeur illustre ces mots : "Tu es le vrai chemin, la vérité et la vie", citation de l'évangile selon St Jean, chapitre 14 verset 6. Bach déploie ici l'une de ses plus aériennes dentelles de contrepoint, avec des répons d'une jaillissante liberté entre chacun des deux chœurs qui semblent devoir dialoguer à l'infini.
Ce vrai chemin, pour Bach, au delà de la spiritualité sincère qui sans nul doute était la sienne, n’est-il pas la musique elle même, et n’est-ce pas ce qu’il suggère ici en tissant, toile immatérielle dans l’espace, cette splendide et diaphane polyphonie ?

Publié dans Musique

Commenter cet article