Canción del árbol del olvido

Publié le par Lionel Droitecour

L'arbre au corbeaux de Caspar David Friedrich, 1822

L'arbre au corbeaux de Caspar David Friedrich, 1822

Chanson de l’arbre de l’oubli
paraphrase
d'après Fernán Silva Valdés

En mis pagos hay un árbol
que del olvido le llaman
donde va a despenarse, vidalitá
los moribundos del alma.

Il est un arbre en mes tenures,
On le dit « l’arbre de l’oubli » ;
Chacun y porte ses blessures,
Moribonds de l’âme, à l’envie.

Para no pensar en vos,
bajo el árbol del olvido,
me acosté una nochecita, vidalitá
y me quedé bien dormido.

Lors, pour ne plus penser à vous,
Venu à l’arbre de l’oubli,
Une nuit, m’allongeais dessous.
Sitôt, je me suis endormi.

Al despertar de aquel sueño
pensaba en vos otra vez,
pues me olvidé de olvidarte, vidalitá
en cuantito me acosté.

Mais, hélas ! Au sortir du rêve,
De vous, j’étais encore empli :
J’appris alors en cette grève
Que l’on peut oublier l’oubli.

décembre 2012

Publié dans Paraphrase

Commenter cet article