Au songe inaccompli

Publié le par Lionel Droitecour

Rembrandt (1606-1669), vieillard assis, sanguine, 1631

Rembrandt (1606-1669), vieillard assis, sanguine, 1631

L’ennui est un soupir aux visages meurtris,
Quand, après le sommeil, d’un quotidien vieilli,
On pousse avant, encore un peu, l’alternative,
Plutôt que le silence ou l’immobilité.

Ne sommes ici bas qu’une fragilité,
À peine plus que l’eau qui dessine la rive,
Et dans l’aube, souvent, où l’espoir a failli,
Une encoche de plus aux comptes de nos tris.

Humaine servitude à la nécessité,
Aux besoins, au désir, à la bourse du temps,
Improbable déesse au manteau de l’horloge.

En ce réel abscond nous tissons notre loge,
Et l’on croit y trouver, absurde, son content,
Au songe inaccompli de notre avidité.

avril 2013

Publié dans Le temps

Commenter cet article