Rimbaudelaire

Publié le par Lionel Droitecour

« Damoiselle se sont, et chacun les adule, Les fleurs du mal. Sans mal, vous trouverez, je pense »

« Damoiselle se sont, et chacun les adule, Les fleurs du mal. Sans mal, vous trouverez, je pense »

Pour marquer les quatre années d'existence de mon blog,
chaque jour de mars 2018, je publierai deux poèmes,
le second étant une réédition de l'un de ceux publiés en mars 2014.
Le choix de ce dernier sera celui du cœur...
Et pour ce qui est du choix du cœur, je dois avouer un petit faible
pour ce Rimbaudelaire, qui narre, de la façon que j'ai tenté de rendre
la plus transparente possible, un souvenir personnel.

« Homme libre toujours tu chériras la mer… »

Ils étaient en arrêt, face au panorama,
L’homme et sa Dulcinée. Faraud, pour la séduire,
Il avait déclamé tout haut le vers fameux,
Solennel et pompeux, ponctuant : « Arthur Rimbaud ! »

À deux pas de ces gorges où coulait un ruisseau ;
À mille lieues, je crois, par-delà les flots bleus ;
Pour moi-même plutôt que pour le contredire
« Baudelaire, voyons ! » Murmurais-je tout bas.

« Rimbaud ! » rétorqua-t-il, outré, ce ridicule,
Me foudroyant des yeux pour m’imposer silence.
« Baudelaire… » « Rimbaud ! » Lors, haussant les épaules,

Las, je m’abandonnais au spectacle des cols.
« Damoiselle se sont, et chacun les adule,
Les fleurs du mal. Sans mal, vous trouverez, je pense ».

mars 2008

 

Je ne possède hélas pas l'art du conteur : voici mon interprétation, cahin-caha...

Publié dans Souvenirs

Commenter cet article

A
"La musique choisie je la connaissais pour avoir vu et aimé le film "Comedians Harmonists" et qui raconte l'éphémère existence des musiciens du même nom. Quatre chanteurs, dont deux était juifs, qui créèrent cet ensemble durant la République de Weimar mais ne survécu point à l'avènement du régime fasciste de Hitler."

Je ne savais pas, comme quoi ton blog est une source inépuisable de connaissances ! :-)
Répondre
A
Beau poème, retravaillé sur YouTube, j'aime beaucoup la nouvelle version, il faut dire que tu lui as cassé son effet, à cet irascible amateur de poésie ! :-D

Étonnant et sympathique aussi le choix musical, une vieille chanson allemande "Veronika der Lenz ist Da" https://www.youtube.com/watch?v=rQlsmw4Yhr4

"Véronika, le printemps est là
Les filles chantent "tralala"
Le monde entier
Est comme enchanté
Veronika, l'asperge croît ! -- du verbe croître, je crois ! :-D --
Veronika, le monde est vert
Laisse nous aller en forêt,
Même le grand-papa
Dit à la grand-maman
Veronika le printemps est là !"
Répondre
L
C'est surtout que ne n'ai jamais été fichu de fermer ma grande gueule...
La musique choisie je la connaissais pour avoir vu et aimé le film "Comedians Harmonists" et qui raconte l'éphémère existence des musiciens du même nom. Quatre chanteurs, dont deux était juifs, qui créèrent cet ensemble durant la République de Weimar mais ne survécu point à l'avènement du régime fasciste de Hitler. Les disques qui nous restent montrent à quel point ils avaient réussis à créer un forme de perfection vocale, inégalée depuis...
Véronika offre à Rimbaudelaire un contrepoint assez amusant...