Passacaille

Publié le par Lionel Droitecour

Passacaille

L'orgue joué par Johann Sébastian Bach lors de son séjour à Arnstadt, réplique réalisée en l'église de Pontaumur, dans le Puy de Dôme. Cette re-création est à l'origine du festival de musique ancienne « Bach en Combrailles » qui s’y déroule chaque année.

Inexorablement, passe la passacaille.
Son thème à la pédale, impassible, commence,
Fondation d’où ruisselle, aux rives infertiles,
En ses variations d'inéluctables cours.

Il semble que s’éveille, à l’envers de nos jours,
Un univers offert dans les éthers ductiles
Et, dans la cathédrale où parle l’orgue immense,
Un saint prête l’oreille et prie sur son vitrail.

Quête, révélation, la fugue, vérité,
Se hausse vers la strette, enflant son vaste chœur,
Vainqueur du doute dans l’ultime accord majeur.

Alors dans le sanctuaire où son verbe a passé,
Accessible dans l’air où danse sa pensée,
Le vieux Bach, souriant, peuple l’éternité.

mars 2005

Auditeur, attention, cette musique est monumentale ! C'est l'un des immortels chef-d'oeuvre de Bach

Johann Sebastian disait, par coquetterie, sans doute, ( car il ne devait sûrement pas en être dupe, lui qui avait de nombreux élèves ) :

"Je n'ai que dix doigts, comme tout le monde ! Quiquonque travaillera autant que moi pourra en faire autant !"

Publié dans Musique

Commenter cet article