Le pèlerin de l’infini

Publié le par Lionel Droitecour

Jean Cocteau (1889-1963), photo extraite du film « Orphée »

Jean Cocteau (1889-1963), photo extraite du film « Orphée »

La musique est le lieu du spirituel séjour,
L’antichambre du ciel où je veux me dissoudre
Et cette brume d’onde, élaborant mon doute,
Où se perd mon dessein sous d’innombrables voûtes.

Là, dans le corridor abscons de mes déroutes,
Il naît de ma rumeur un songe où je m’écoute :
L’angoisse qui m’étreint ici viendra s’absoudre
En l’ultime refrain de mon deuil au long cours.

Alors dans les éthers où j’irai ; pèlerin,
Animé de ce chant aux rives d’Achéron
Je serai un Orphée dans l’invisible, enfin.

Et les vents me diront, messagers du divin,
Dans la feuille tombée que vos pas fouleront,
Limon des jours passés, au rythme de vos reins.

mars 2009

Publié dans Musique

Commenter cet article