Graphes

Publié le par Lionel Droitecour

... l’espace où vous lirez, là, ce que fut ma plainte, tout ne sera que traces ...

... l’espace où vous lirez, là, ce que fut ma plainte, tout ne sera que traces ...

Mes paroles rangées en gruppettos abstraits,
Graphes, sur une page où j’agrafe mon rêve ;
Mon doute, mon chagrin, le goût de mon désir
Et ma crainte soudain, devant l’éternité

Qui n’est, peut-être, rien ; la verticalité
De ce verbe tenace où s’en ira gésir
Un geste dérisoire, émondé sur la grève
Lorsque la coupe enfin, où j’ai bu à grands traits,

Sera vidée de mots ; l’espace où vous lirez,
Là, ce que fut ma plainte, ou ce murmure abscons
Qui parfois me complait ; tout ne sera que traces
,

Je m’y ferai discret comme ce liseré
Absorbé par nuit qui fléchit l’horizon ;
Amer, désemparé en mes rimes fugaces.

février 2008

Publié dans Art poétique

Commenter cet article