Au jardin des mots

Publié le par Lionel Droitecour

... jardinier de ma vie, j’élague, je greffe à l’envie ...

... jardinier de ma vie, j’élague, je greffe à l’envie ...

Pour marquer les quatre années d'existence de mon blog,
chaque jour de mars 2018, je publierai deux poèmes,
le second étant une réédition de l'un de ceux publiés en mars 2014.
Le choix de ce dernier sera celui du cœur...
Il n'y a pas tellement de distance entre le jardinage et la poésie :
à tout le moins, il ont les vers en commun. Et puis il s'agit surtout de cueillette.
Evidemment, je ne sais pas trop comment se sèment les sonnets...

Au bord intime où est ma joie
Il est une secrète voix,
J’entends parfois qu’elle me quête
Et je me rends à sa requête.

Est-ce la muse au cœur léger,
Qui, sur ma plume vient siéger,
Est-ce comme une ombre lunaire
Un humble Pierrot solitaire ?

Est-ce quelque réminiscence,
Fugace bribe de l’enfance,
Qui vient ainsi me visiter,
Et cherche un cœur où habiter ?

Est-ce une ombre de mon passé
En l’inconscient cadenassé
Qui cherche porte de sortie
En l’âme lasse et invertie ?

Ce sont là questions sans réponse,
Et ne me pique à cette ronce :
Belle, charnue, noire et bien mûre
Je n’en retire que la mure.

Poète artiste en confitures
J’en soigne mes déconfitures
Suaves où acidulés
Parade de vers éculés.

Oyez mon verbe et mon déboire,
Oyez ma rime dérisoire,
Y sont mes pompes mausolées
Où peines sont, inconsolées !

Que nul n’ignore ma défaite
J’en festonne ma rive offerte,
Comme un enfançon dans la mer
J’éclabousse mon cœur amer.

En ces trames, métamorphose,
Je fais d’un chardon une rose,
D’un chagrin, larme je transcende,
Pour vous en faire mon offrande.

Ici, jardinier de ma vie,
J’élague, je greffe à l’envie,
Au cordeau de mes songes sème
Le don secret de ce poème.

mai 2012

Publié dans Art poétique

Commenter cet article